Journée du Patrimoine dimanche 19 septembre

Indre Histoire d’îles reprend ses activités et fait sa rentrée 2021
en participant à la Journée Européenne du Patrimoine

Découvrez le programme…

Publié dans Actualités, Indre, Sorties et visites | Laisser un commentaire

Le service d’eau municipal inauguré en 1932

Dans l’Echo des îles n°25 Juillet-août-septembre 2021, magazine municipal, il était question de la la chapelle Saint Léger. Celle-ci était située derrière le calvaire… et fut démolie en 1931 en vue de la construction du château d’eau.

La chapelle démolie en 1931 – Collection Indre Histoire d’îles

La croix du calvaire fut descendue dans les années 1970. Le socle du calvaire et ses deux volées d’escaliers ne résistèrent pas à la démolition du château d’eau en 1995.

Le calvaire décoré lors d’une Fête Dieu (non daté)
Publié dans Actualités, Basse-Indre | Laisser un commentaire

Quand les Espagnols arrivèrent en Basse-Loire…

Dans les années 1920, les usines de la Basse-Loire – Arsenal d’Indret, Carnaud Basse-Indre et Pontgibaud Couëron – manquant de personnel qualifié, mandatent des recruteurs professionnels dans le nord de l’Espagne. Ces vagues de travailleurs sont à l’origine d’une lignée de familles espagnoles, ayant pris racines à Couëron. Ils furent rejoints par de la main-d’œuvre issue d’Italie, de Pologne, d’Algérie ou même d’Indochine…

Dans son ouvrage « RACINES espagnoles de Basse-Loire« , l’association Racines y Amistades Españolas, héritière de parents et de grands-parents venus trouver du travail sur les bords de Loire, rend hommage à ces générations qui ont su s’intégrer en se serrant les coudes et forment encore aujourd’hui une communauté vivante et solidaire.

Le livre est disponible auprès d’Indre Histoire d’îles.

« RACINES espagnoles de Basse-Loire », publié en 2017 – Tarif : 6 € –

Extrait de l’ouvrage, avec le témoignage de Susana Naël, Indraise de longue date :

Publié dans Indre | Laisser un commentaire

Poisson de Loire… et de Méditerranée !

Bien évidemment, le jumelage entre notre belle commune et la (presque) tout aussi belle principauté n’est qu’un nouveau poisson de Loire, comme nous aimons en publier (presque) chaque 1er avril depuis 2011. Un jour, peut-être en aurons-nous suffisamment pour rivaliser avec l’aquarium du Musée Océanographique de Monaco ? Et proposer alors au prince Albert un authentique jumelage entre nos deux rochers…

Retrouvez ici nos poissons de Loire au fil des ans : Poissons de Loire

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

1946-2021 : 75e anniversaire d’un jumelage éphémère

Le saviez-vous ? Indre fut un temps (très court, mais tout de même), jumelée à la Principauté de Monaco. La raison ? Le rocher, que les deux communes ont en commun : l’un (“le Rocher”) surplombant la Méditerranée et abritant les institutions de la cité-État, l’autre (“la Roche”) point culminant de Basse-Indre et par là même de la cité des 3 îles.

On ne sait pas très bien pourquoi, mais c’est le prince Louis II (dit le prince-soldat), chef de l’État monégasque, qui au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, prend l’initiative de proposer à Pierre Ridel, alors maire d’Indre, de jumeler les deux cités.
Rendez-vous est pris le 1er avril 1946 (nous en célébrons aujourd’hui le 75e anniversaire) en la mairie d’Indre, où se déplace sous escorte discrète Son Altesse sérénissime le prince souverain de Monaco. Passée la cérémonie toujours un peu pompeuse de la signature officielle du protocole d’amitié, la rencontre se profile sous les meilleures auspices. Jusqu’à ce que les portes s’ouvrent sur la salle de réception où Louis II de Monaco et Pierre Ridel doivent porter un toast au tout jeune serment : apparaît alors une pyramide de Ferrero Rochers, que Martine Labourde (la bien nommée secrétaire de mairie en charge des réceptions officielles) a cru bon de commander pour faire écho aux raisons du jumelage.
Vexé par cette attention habituellement réservée aux ambassadeurs (et donc indigne de son rang), le prince Louis II se figea un instant avant de tourner les talons qui claquèrent avec force lorsqu’il traversa le hall d’accueil avant de s’engouffrer dans sa limousine. Le jumelage était mort-né. Il n’avait duré que quelques minutes.

La carte postale qui aurait dû être distribuée aux citoyens indrais et monégasques.

Cette carte postale, qui n’a jamais distribuée, témoigne d’une histoire qui aurait pu être belle. Elle nous fut remise par Martine Labourde elle-même, qui la légua à Indre Histoire d’îles avant de tomber dans l’anonymat.
On dit que le prince Louis II, pour se faire pardonner son humeur peu diplomatique du 1er avril 1946, envisagea de faire porter à une ruelle de la cité-État le nom de Martine Labourde. Mais il mourut le 9 mai 1949, et c’est alors que son petit-fils Rainier III fut appelé à règner. 

La suite, on la connaît…

Publié dans Actualités, Poissons de Loire | 3 commentaires

Indret, une histoire remarquable à valoriser

Paru dans Presse-Océan le 22 février 2021

Publié dans Actualités, Indret | Laisser un commentaire

La Forerie-chapelle d’Indret, site touristique de proximité à sauver

Depuis 2017, la Forerie-chapelle d’Indret qui abrite les vestiges du Moulin à marée du XVIIIe siècle bénéficie d’une aide aux dépenses de fonctionnement accordée par Nantes Métropole à la Ville d’Indre, car le site s’intègre dans plusieurs itinéraires touristiques : « La Loire à vélo » et « Eau et Paysages », circuit des coteaux à la Loire. Pourtant, l’édifice nécessite la réfection complète de la toiture pour en assurer la sauvegarde et relancer les visites quand les conditions sanitaires le permettront.

Revue de presse :
Presse-Océan le 26 janvier 2021 ………………………….. Ouest-France le 28 janvier 2021

Publié dans Actualités, Indret, Revue de presse | Laisser un commentaire

Une année pour prendre de la hauteur !

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

La Loire me coule toujours dans les veines !

Roberte BOHU est décédée en décembre 2016. Héritière de 4 générations ancrées à Indre, elle aimait rappeler qu’elle était fille, petite fille et arrière-petite-fille de pêcheurs. Sa relation à la Loire était viscérale…
Voici l’article publié dans Ouest-France le 9 mars 2015 à son sujet :

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Jeannine a appris à nager dans le port de Haute-Indre

« Au bout de la digue, la cale existe encore même si elle est peu entretenue« , raconte Jeannine AMELOT-PIGAT, la fille de Mario. « De mon temps, des pavés et le sable créaient une petite plage. De chaque côté, un escalier facilitait l’entrée rapide dans l’eau à marée haute. C’est là que j’ai appris à nager. A la belle saison, avec leur chaise pliante, les mamans en profitaient pour coudre, broder, tricoter mais aussi papoter en surveillant leurs enfants… Les gars de Basse-Indre venaient y rencontrer les filles de Haute-Indre et les plus hardis traversaient la Loire à la nage« .

« C’est à l’été 1968 que ma petite famille a cessé de nager en Loire. Roseline, ma fille, 13 ans, avait un maillot de bain bleu marine avec des fleurs blanches. Quand elle est sortie de l’eau, les fleurs étaient devenues marron tellement l’eau était sale de mazout. De quoi nous décourager. Et il y a plus de cinquante ans de cela ! Depuis, la Loi sur l’eau a été votée et le schéma d’aménagement de l’estuaire de La Loire, ayant entre autres pour thème la qualité des eaux, est approuvé. Je suis optimiste« .

La cale de Haute-Indre…désormais peu propice à la baignade !
Publié dans Actualités, Haute-Indre, Indre | Laisser un commentaire