Journées du Patrimoine, une pause en 2020…

En cette année perturbée par le contexte sanitaire à l’échelle mondiale, la Journée du Patrimoine de Pays et des Moulins 2020 qui devait se tenir le dimanche 28 juin est reportée au niveau national à juin 2021.

A la veille de la trêve estivale, aucun programme n’a été mis en œuvre par Indre Histoire d’îles pour les Journées Européennes du Patrimoine du samedi 19 et dimanche 20 septembre…

L’occasion cette année de découvrir les initiatives portées par d’autres structures et notamment, CIEL – Conservatoire de l’Industrie de l’Estuaire de la Loire, établi 10 rue Pasteur à Indre.

Rendez-vous à partir de septembre pour la poursuite des projets en cours !

Publié dans Actualités, Indre, Sorties et visites | Laisser un commentaire

La visite de La Haute-Indre annulée !

 

La visite de La Haute-Indre, annoncée à l’origine ce dimanche 17 mai 2020, n’est plus à l’ordre du jour.

En attendant de reprendre date… voici un article d’Ouest-France, publié en mars 2001, évoquant la nomination de l’école de La Haute-Indre « Ecole de la Pierre Mara », sous le mandat de Jacques Bargain, Maire.

Ce nom, inspiré des recherches d’Indre Histoire d’îles (ancienne appellation « Association Pour la Recherche Historique des Iles d’Indre »), a réuni enseignants, écoliers et  bénévoles dans une démarche concertée.

Ecole La Pierre Mara inauguration 1er mars 2001

 

Publié dans Actualités, Haute-Indre, Indre, Revue de presse, Sorties et visites | Laisser un commentaire

Ancienne commerçante d’Indre, élue municipale investie dans la vie associative, Jacqueline Blandin s’est éteinte à 94 ans

Jacqueline Blandin, adhérente à Indre Histoire d’îles de longue date, est décédée la semaine dernière. Retour sur une femme de conviction, très connue en son temps pour ses nombreuses activités et son dévouement.

Jacqueline Blandin servait de l’essence toute la semaine et par tous les temps !
 (Photo Catherine Parmentier pour Ouest-France)

Tout de suite après l’école, vers 1938, Jacqueline Blandin a commencé à « tenir avec sa mère le magasin » en face de l’embarcadère du bac, 23 quai Boquien, où le travail ne manquait pas : bazar, cadeaux, station d’essence Shell. « Avant-guerre, nous vendions des appareils de chauffage, cuisinières et salamandres, puis vaisselle et batterie de cuisine en émail et aluminium. Maman louait une pièce de l’étage à Gaston Moliard, dentiste, qui venait prodiguer ses soins à la population deux fois par semaine. J’ai sans cesse connu le contact avec la clientèle« , aimait-elle raconter.

Après la Libération, Jacqueline et sa mère ont commencé à vendre des jouets : les poupées Gégé, le Meccano, les petites voitures Joustra dont les tôles étaient imprimées chez Carnaud, les Forges de Basse-Indre…

« En 1971, j’ai remplacé Maman au conseil municipal où elle avait siégé pendant 18 ans. Lorsque j’ai été élue, Félix Guyot était Maire et l’ancienne mairie n’était pas encore démolie… Au début, c’était facile d’aller aux réunions car Maman gardait le magasin. Il n’y avait pas de public aux réunions du conseil. D’ailleurs, il y avait beaucoup moins de réunions. Le Centre Communal d’Action Sociale, dont je me suis toujours occupée, se nommait alors le bureau d’aide sociale. On y distribuait des bons de nourriture et de soins médicaux« .

De 1977 à 1983, sous le mandat de Maurice Loyen, elle n’est plus élue mais reprend du service en 1983. Membre de l’équipe de Joseph Desbois, puis de celle de Jacques Bargain, Jacqueline Blandin a été adjointe aux affaires sociales durant trois ans. En 1999, elle est la doyenne du conseil municipal et reçoit à ce titre la médaille d’honneur et les félicitations du préfet.

À plus de 70 ans, elle gardait encore une activité intense et s’impliquait toujours dans la vie associative : à l’Union des Anciens, présidée alors par Maurice Druais, et à l’Amicale Laïque de Basse-Indre dont elle a été trésorière durant plus de 35 ans. « Après-guerre, nos kermesses dans le bois de Haute-Indre drainaient tout le coin. Les recettes permettaient d’aider les écoles mais aussi d’acheter des galoches et des blouses aux enfants« , racontait-elle encore.

Elle a fermé la pompe à essence et la boutique quand a sonné l’âge de la retraite, en 1992. « Nous avons débité jusqu’à 50 000 litres/mois. Il fallait être dehors par tous les temps« .

De nombreux Indrais se souviennent du magasin Blandin : « On pouvait déposer une liste de mariage, acheter un rouleau de toile cirée, des vases, des objets décoratifs. Au moment de Noël, c’était le paradis pour les enfants ! Quand ils étaient invités à un anniversaire, on trouvait toujours un jouet ou une bricole… chez Mademoiselle Blandin… »

Et, cerise sur le gâteau : son commerce ne fermait que le dimanche après-midi !

Publicité 1965

Publié dans Actualités, Basse-Indre, Indre | 1 commentaire

Décès de Jacqueline Blandin – Presse-Océan 19 avril 2020 –

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

Un gros poisson

Vous l’avez compris, le colosse indrais n’a jamais existé. Émile Derode n’aura vécu que le temps de cette journée du 1er avril. Nous espérons qu’il vous aura, dans l’ambiance pesante du moment, apporté un peu de légèreté, comme nous aimons en partager ici une fois l’an.

Laissons Émile rejoindre avec le mascaret sur la Loire, Pierre Mara, la solution aux inondations et autres fantaisies “premieravrilesques”, tous les poissons de Loire d’Indre Histoire d’îles. Et disons-nous…

À l’année prochaine !

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Émile Derode, figure oubliée de la cité des 3 îles

Dans les archives d’Indre Histoire d’îles dormait cette carte postale, qui retrouvée il y a quelques semaines, nous donne l’occasion de se rappeler la lourde destinée d’Émile Derode.

Né à Indre en 1882, il avait accédé au titre envié d’“Homme le plus gros du Monde », comme en atteste le livre Guinness des Record (Editions 1923 à 1935). Il vivait à Indret, dans une modeste demeure où il aimait recevoir ses admirateurs, à qui il offrait contre quelques sous une photo souvenir en son imposante compagnie. Une forme de “selfies” avant l’heure, qui lui permettaient de vivre.

Ce qui lui pesait le plus dans cette existence somme toute paisible, c’est qu’il n’avait jamais traversé la Loire. Et pour cause : le bac lui était interdit. Un dimanche matin de 1935, n’y tenant plus et alors que les commerçants sur l’autre rive dressaient le marché, il emprunta une toue amarrée là et entreprit de traverser le fleuve. Que croyez-vous qu’il arriva ? Je vous le donne Émile : la toue bascula et Émile sombra, sans grâce, dans les eaux vaseuses de la rivière de Nantes.

Seule reste cette carte postale, éditée un an à peine avant sa disparition, et qui nous rappelle aujourd’hui qu’on peut encore rire de toues, mais à condition que ça soit drôle.

Publié dans Actualités | 1 commentaire

Les permanences et visites d’Indre Histoire d’îles annulées

Afin de prendre en compte la période difficile que nous traversons face au coronavirus et pour nous conformer aux directives gouvernementales,
nous avons le regret d’annuler
toutes les permanences d’Indre Histoire d’îles ainsi que
la Visite de la Basse-Indre dimanche 22 mars 2020.

Prenez soin de vous et des vos proches !

Publié dans Actualités, Basse-Indre, Sorties et visites | Laisser un commentaire

Assemblée Générale d’Indre Histoire d’îles samedi 7 mars

Pour découvrir les activités de l’association Indre Histoire d’îles, participez à son assemblée générale

Samedi 7 mars 2020 à 9 h 30 h salle Théo Pageot

18 rue Emmanuel Mocquard à Haute-Indre

Une exposition inédite de cartes postales anciennes sera présentée à cette occasion.
A 11 h, l’association aura le plaisir d’accueillir des Enseignants des écoles primaires de la commune qui ont sollicité Indre Histoire d’îles pour participer à leur projet pédagogique.
L’occasion de présenter les avancées du travail mené depuis la rentrée 2019 :
– Découverte du patrimoine local par les classes de CM1 CM2
– Création de panneaux d’interprétation avec QR Codes répartis sur les 3 îles.

Le verre de l’amitié clôturera cette réunion

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Indre Histoire d’îles vous offre ses meilleurs vœux pour 2020

Image | Publié le par | Laisser un commentaire

L’artiste Marie-Pierre BONNIOL « envoutée » par le moulin à marée d’Indret

Marie-Pierre BONNIOL a contacté Indre Histoire d’îles car elle « travaille actuellement à la réalisation d’un film sur la force hydraulique, les différents états de l’eau et les moulins à marée ». Dans ses recherches, elle est « tombée sur la Chapelle-Forerie d’Indret et a souhaité découvrir et filmer ce lieu singulier ».
Fin novembre, elle est venue spécialement de Berlin à Indre pour découvrir la Forerie-chapelle. À l’issue de sa visite, elle a confié « son étonnement devant ce site unique ». Ce moulin à marée l’accompagnera dans la construction et la réalisation de son projet.

Le moulin à marée source d’imagination pour l’artiste !
Photo B. Bertin

Une artiste internationale

Marie-Pierre BONNIOL, artiste originaire de Marseille réside à Berlin. Elle est auteur et productrice d’expositions présentées à l’échelon international, notamment, à la Bibliothèque Nationale à Buenos Aires, au ZKM à Karlsruhe, au Palace de Saint-Gallen, mais aussi Lisbonne, Bilbao, Bern… et au Lieu Unique à Nantes.
Depuis 2017, elle a développé « une pratique de films, réalisés uniquement avec son téléphone portable, en explorant la notion de Transports mais aussi toutes les machineries qui permettent de transformer les énergies en poétique. »*

Marie-Pierre Bonniol filme et enregistre des sons… sur la cale du bac à Indret
Photos B. Bertin

L’eau source d’inspiration

Son projet de film, dans lequel pourrait s’intégrer le moulin à marée d’Indret, est déjà soutenu par deux institutions. « J’ai été accueillie au centre d’art de Pau, Le Bel Ordinaire, pour réaliser des plans à Lourdes ainsi qu’à Bagnères-de-Bigorre, puis au centre culturel de Berne, Dampfzentrale, pour filmer les dispositifs hydrauliques de la région. D’autres plans ont été tournés en Islande et à Cologne, Dusseldorf et Berlin en Allemagne. De cette démarche, j’ai tiré plusieurs films que j’ai commencé à montrer en Allemagne, mais je me suis surtout prise de passion pour les dispositifs hydrauliques, et généralement la force de l’eau, sa capacité puissante, génératrice d’énergie renouvelable (chutes d’eau, cours d’eau, courants marin, marées, vagues), Wasserkraft en allemand, désormais le sujet d’un film que je suis en train de réaliser. L’eau puissante ne va pas sans eaux plus calmes, plus profondes… »*

*Source : Le Bel ordinaire

Accostage à Basse-Indre, après une mini-croisière sur la Loire
Photo B. Bertin

Une rencontre autour de l’eau dans tous ses états

Indre Histoire d’îles se félicite de l’intensité de la rencontre avec Marie-Pierre BONNIOL et remercie cette artiste généreuse pour son écoute et sa curiosité face à la spécificité de ce patrimoine exceptionnel de nos îles. La puissance de son regard nous apporte une mise en perspective poétique sur la diversité d’usage de l’eau omniprésente à Indre.

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire